Cinq nô modernes
14.01.92 08.02.92

Cinq nô modernes

  • Une pièce de

    Yukio Mishima

  • Traduction

    Marguerite Yourcenar

  • Mise en scène

    Martine Beaulne

C

inq nô modernes explorent dans un registre mi-fantaisiste, mi-tragique les pulsions des humains face à l’amour et à la mort. Un septuagénaire se meurt d’amour ; une jeune femme, à la raison vacillante, attend son amant… Point de départ tout simple pour un voyage entre la réalité et la folie. Le Japon contemporain visité par la tradition : le nô.

Imprégnés de la délicatesse orientale, les cinq tableaux radioscopient les passions, les obsessions et les détresses qui agitent les êtres. Marguerite Yourcenar, monument de la littérature française, a traduit l’œuvre de Mishima. Au rendez-vous : poésie, grands sentiments et quête d’absolu.

I. Sotoba Komachi
Komachi assise sur la stèle.
Un poète de deux sous, un peu falot, est aux prises, dans un jardin public, avec une vieille ramasseuse de mégots, laide et puante. Or, cette vieille femme a appris que l’homme meurt et que la beauté tue. Sa calme sagesse est celle de la terre elle-même. Une fois que le poète aura compris ce message, il pourra mourir et la vieille se remettre à compter ses mégots, symboles de vies humaines…

II. Yoroboshi
Yoroboshi était autrefois une édifiante idylle. Le récit de Mishima l’a parée des couleurs sombres d’un drame d’après-guerre. Un enfant, âgé de cinq ans, est trouvé par un couple charitable, les yeux brûlés par un bombardement aérien, dans les corridors souterrains d’une gare de Tokyo. Quinze ans plus tard, la seule vision qui reste sous les paupières de l’aveugle est celle d’un torrent de feu, d’une « fin du monde » qui nourrit sa haine et sa dérision, envers et contre tous.

III. Le Tambourin de soie
Il s’agit de la réédition d’un conte fort ancien, dans lequel un humble jardinier ose déclarer son amour à la Princesse de Chine. Par dérision, celle-ci lui remet un tambourin tendu d’une toile de soie, lui promettant de répondre à son amour le jour où le son du tambourin parviendrait jusqu’à elle. Dans le conte moderne, le jardinier est remplacé par un timide portier, amoureux d’une demi-mondaine qui se jouera de l’innocence du pauvre homme en lui faisant le coup du « tambourin muet ».

IV. Aoi-no-ue
La Princesse Aoi
Aoi-no-ue (La Princesse Aoi) illustre le destin tragique d’une femme, qui meurt d’être haïe par la maîtresse de son mari, qui meurt également de n’être pas assez aimée. Deux réalités, une même finalité.

V. Hanjo
Le dernier Nô, Hanjo, est le plus simple. Une geisha qu’aime et protège une femme peintre, se rend chaque jour, depuis des mois, dans la salle d’attente d’une gare de Tokyo, son éventail ouvert à la main, inspectant les voyageurs, espérant reconnaître son amant inconstant. Lorsque celui-ci paraît enfin, la geisha repousse cet homme qui ne correspond plus au souvenir qu’elle s’est peu à peu créé de lui.

Cette production a été montée au Centre national des Arts à Ottawa en février 1991 et est présentée avec sa collaboration.

Mise en Scène

  • C Émilie Tournevache
    Martine
    Beaulne

Distribution

  • C Stéphane Aumais
    Roch
    Aubert
  • C Julie Perreault
    Micheline
    Bernard
  • Jocelyn
    Bérubé
  • C Robert Etcheverry
    Jean-François
    Blanchard
  • C Monic Richard
    Jean-François
    Casabonne
  • C Ulysse del Drago
    Louison
    Danis
  • C Laurence Labat
    Vincent
    Graton
  • C Louis Ruel
    Élise
    Guilbault
  • C Line Charlebois
    Louise
    Laprade
  • C Maxime Côté
    Marie-France
    Marcotte
  • C Pierre Perreault
    Sylvain
    Massé
  • C Mario St-Jean
    Marie
    Michaud
  • Katherine
    Pycock
  • Une pièce de

    Yukio Mishima

  • Traduction

    Marguerite Yourcenar

  • Mise en scène

    Martine Beaulne

  • Assistance à la mise en scène

    Guy Côté

  • Concepteurs

    Décors ALAIN TANGUAY Costumes JEAN-YVES CADIEUX Éclairages JEAN-CHARLES MARTEL Musique VINCENT BEAULNE Direction gestuelle JOCELYNE MONTPETIT Maquillages MICKY HAMILTON Coiffures PIERRE LAFONTAINE Conseiller en scénographie JACQUES LEBLANC

  • Graphisme de l'affiche

    André Desjardins

  • Photos de production

    © Guy Dubois