Le Bourgeois gentleman
28.09.78 11.11.78

Le Bourgeois gentleman

  • Une pièce de

    Antonine Maillet

  • Inspirée de

     Molière

  • Mise en scène

    Paul Buissonneau

S

i les mœurs changent en trois siècles et d’un côté à l’autre de l’océan, la nature humaine est immuable. C’est pourquoi un Bourgeois Gentilhomme comme celui de Molière peut renaître aujourd’hui et chez nous. Sauf que notre Bourgeois à nous cherchera plutôt à se faire gentleman et louchera sans doute du côté de la montagne.

Le bourgeois du XVIIème siècle, homme de l’avenir mais mal à l’aise dans sa condition encore mal définie du Tiers Etat, envieux surtout des privilèges injustifiés réservés à la noblesse, désire accéder à la condition des autres et même d’être gentilhomme. Comme les travers humains et le ridicule n’ont pas de frontières de temps
ni de lieu, le parvenu de Molière a sûrement des héritiers chez nous. C’est ainsi qu’un Monsieur Bourgeois de Montréal peut aspirer en plein XXème siècle à se faire, non pas gentilhomme, mais gentleman, et à déménager ses pénates à Westmount.

Le parvenu d’aujourd’hui et d’ici ne cherchera pas sa promotion sociale dans les cours de ballet, d’escrime ou de philosophie; mais dans les cours d’équitation et d’anglais. Jean-Baptiste Bourgeois n’aspirera pas au titre de gentilhomme mais de Gentleman; il ne sera pas séduit par la féodalité mais par le Conseil du Patronat.

Pour le reste, le monde a peu changé; autour du nouveau riche gravitent infailliblement les parasites et les charlatans: petite pègre, femmes galantes, maîtres ratés de la pige. Mais en contrepoids de cette bavure des sociétés, la comédie humaine a aussi sa réserve d’honnêtes et fidèles épouses, de jeunes amoureux idéalistes et purs ; et surtout, ces éternelles servantes gouailleuses, piquantes, facétieuses, sensées et fidèles.

Brassez toutes ces cartes puis étalez-les sur la table : il risque d’en sortir une farce du parvenu moderne, tendre et ridicule, chaleureux et timide, ambitieux, maladroit, intempestif et nostalgique, au demeurant le meilleur homme du monde.

* L’action se passe à Montréal, vers la fin de la guerre.

Mise en Scène

  • Paul
    Buissonneau

Distribution

  • C Pierre Rochette
    Yvan
    Dufour
  • Claude
    Gai
  • Terrence
    LaBrosse
  • Suzanne
    Langlois
  • C Dolores Breau
    Viola
    Léger
  • Suzanne
    Léveillé
  • Tom
    Rack
  • Claude
    Saint-Germain
  • Une pièce de

    Antonine Maillet

  • Inspirée de

    Molière

  • Mise en scène

    Paul Buissonneau

  • Concepteurs

    Décors RAYMOND CORRIVEAU Costumes FRANÇOIS BARBEAU Éclairages NICK CERNOVITCH Accessoires MARC ST-JEAN Perruques DENIS GIRARD Bande sonore ADRIEN GODDU

  • Graphisme de l'affiche

    Gérald Zahnd

  • Photos de production

    © Guy Dubois