Le Pain dur
22.01.91 16.02.91

Le Pain dur

  • Une pièce de

    Paul Claudel

  • Mise en scène

    Michèle Magny

C

réée à Paris en 1949, Le Pain dur illustre bien les deux pôles qui divisent l’auteur : à la fois sensible aux nourritures terrestres mais aspirant à l’absolu divin. La plupart de ses pièces sont marquées du sceau de cette opposition.

Toussaint Turelure, fruste et vieillissant, emploie les jours qui lui restent à déshériter son fils Louis, dont le ressort intérieur est tendu par l’argent. Pour toucher les vingt mille francs que son père refuse de lui céder, Louis ne répugne à aucune machination. Mais Toussaint, malgré son âge, ne veut renoncer ni au pouvoir ni à la compagnie des femmes. C’est bien ce qui échauffe son fils, de même que Lumîr et Sichel, deux femmes envahies par la même soif de posséder. Lumîr, ardente émissaire de sa patrie, aime la Pologne d’un amour presque mythique. Sichel est prête à échanger le père pour le fils, et même à épouser la religion catholique si cette conversation lui permet d’arriver à ses fins.

Je suis une femme et je veux avoir ma place dans l’humanité, et pour cela je suis prête à tout faire, et à tout donner, et à tout trahir !

Cri du cœur, révélateur de la pulsion qui l’anime et qui agrippe tous les autres : le désir du pouvoir.

Paul Claudel possédait un style magnifique, lyrique, fiévreux. La langue dans Le Pain dur est un plaisir gourmet qui s’ajoute à la puissance des dialogues, à la force des personnages, à l’intensité de ce quatuor infernal. « Une certain imbécilité n’est pas inutile à l’agrément de l’existence », dit Toussaint Turelure à Sichel. Toute la pièce coule de la même eau torrentueuse.

L’action se déroule en 1844 dans l’ancienne bibliothèque du monastère cistercien de Coûfontaine, sous le régime de Louis-Philippe, le roi-citoyen.

Mise en Scène

  • C Robert Laliberté
    Michèle
    Magny

Distribution

  • C Rolline Laporte
    Denis
    Bernard
  • Jean
    Dalmain
  • C Angelo Barsetti
    Sylvie
    Drapeau
  • C Monic Richard
    Jacques
    Godin
  • C Martin Laprise
    Marie
    Tifo
  • Une pièce de

    Paul Claudel

  • Mise en scène

    Michèle Magny

  • Assistance à la mise en scène

    Suzanne Beaudry

  • Concepteurs

    Décors DANIÈLE LÉVESQUE Costumes FRANÇOIS BARBEAU Éclairages CLAUDE ACCOLAS Musique CATHERINE GADOUAS Direction gestuelle JOCELYNE MONTPETIT Perruques DONNA GLIDDON Chapeaux MURIELLE DELBEAU Maquilles CHARLES CARTER Accessoires MARIE MUYARD Conseiller en scénographie JACQUES LEBLANC

  • Graphisme de l'affiche

    André Desjardins

  • Photos de production

    © Guy Dubois