Mère courage
présente
26.09.95 21.10.95

Mère courage

  • Une pièce de

    Bertolt Brecht

  • Traduction

    Benno Besson

    Geneviève Serreau

  • Mise en scène

    André Brassard

A

vec sa charrette et ses trois enfants (de père différent !), Anna Fierling, dite Mère Courage, suit, dans l’Allemagne brisée de la guerre de Trente Ans, les armées suédoises et impériales.

Elle déteste la guerre, mais en a fait sa raison de vivre ; elle vend aux soldats du pain, de la toile, une boucle de ceinturon, de la gnôle… bref, tout ce qui se vend !

Mère Courage n’a ni la langue ni le cœur dans sa poche. Elle se bat dru pour sa survie. Divisée entre générosité et égoïsme, lucidité et aveuglement, elle ne se concentre vraiment que sur la santé de son commerce. Tout peut tomber à côté d’elle, même chacun de ses enfants, elle s’occupe de ses affaires… « Vous êtes le vampire des champs de bataille » lui dit l’Aumônier qui fait route à ses côtés. Malgré la faux de la guerre qui lui arrache sa progéniture, Anna Fierling n’accomplit aucune action politique concrète. À la fin, vieille et seule, elle continue son bonhomme de chemin, tirant avec peine sa carriole et sa vie, signant sa propre fatalité.

Dieu merci, on peut les acheter, ce ne sont pas des loups, ce sont des hommes, ils aiment l’or. La vénalité des hommes, c’est comme la charité du Bon Dieu. C’est notre seule sauvegarde.

Brecht disait : « Si Courage, elle, n’a rien appris, je crois que le public peut apprendre quelque chose en la regardant vivre. » Aujourd’hui, en 1995, la guerre et ses horreurs, la soif d’argent, les petites et grandes lâchetés individuelles ont encore cours. L’œuvre parle au présent du chaos du monde. En ce sens, elle joue son rôle didactique : elle presse l’individu de mettre en perspective ses intérêts personnels et le sort de l’humanité.

Écrite en 1938-1939 (créée à Zurich en 1941), pendant l’exil de Brecht en Scandinavie, Mère Courage et ses enfants compte parmi les pièces phares du répertoire. Une fresque grandiose par l’auteur de l’Opéra de Quat’Sous. Et Courage se révèle l’un des personnages les plus puissants de la grande famille brechtienne ; un personnage mythique du théâtre mondial et un rôle immense dont rêvent les plus grandes actrices.

CONSULTEZ LE PROGRAMME DE SOIRÉE ICI

Le spectacle est commandité par Banque nationale.

Mise en Scène

  • André
    Brassard

Distribution

  • C Martin Laprise
    Marie
    Tifo
  • C Marlène Gélineau- Payette
    Pierre
    Benoît
  • C Julie Perreault
    Gary
    Boudreault
  • C Julie Perreault
    France
    Castel
  • C Josée Lambert
    Pierre
    Curzi
  • C Monic Richard
    Anne
    Dorval
  • C Maxime Tremblay
    Erik
    Duhamel
  • Marcel
    Girard
  • Charles
    Imbeau
  • C Louis Ruel
    Roger
    La Rue
  • C Julie Beauchemin
    Valérie
    Le Maire
  • C Pascale Lévesque
    Jean
    Petitclerc
  • C Andréanne Gauthier
    Pierre
    Rivard
  • Une pièce de

    Bertolt Brecht

  • Traduction française

    Geneviève Serreau et Benno Besson

  • Mise en scène

    André Brassard

  • Assistance à la mise en scène

    Roxanne Henry

  • Concepteurs

    Décors RAYMOND MARIUS BOUCHER Costumes FRANÇOIS BARBEAU Éclairages MICHEL BEAULIEU Musique PAUL DESSAU Arrangements musicaux et bande sonore CATHERINE GADOUAS Chorégraphie et cascades JEAN-FRANÇOIS GAGNON Accessoires MICHÈLE GAGNON Chapeaux DANIELLE TERRAULT Perruques RACHEL TREMBLAY Maquillages FRANÇOIS CYR

  • Photos de production

    © Guy Dubois